L'inoubliable Daniel Balavoine

12 octobre 2017

L'Inoubliable n° 69

couinou69

 

Le nouveau numéro de l'Inoubliable est disponible au prix de 3,50 euros (port compris). Il contient une revue de presse ainsi que l'article inédit "Daniel Balavoine dans le texte (album "Vendeurs de larmes").

Posté par Humanisme à 16:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


21 septembre 2017

Cyril Neveu revient sur la mort de Daniel Balavoine

Cyril Neveu revient sur la mort de Daniel Balavoine (La République du Centre)

L'Orléanais Cyril Neveu revient sur la mort de Daniel Balavoine
« Daniel Balavoine était un garçon au grand cœur », témoigne Cyril Neveu. « Il appréciait l’esprit humanitaire du rallye ». Après sa mort, l’Orléanais a continué de récolter des fonds pour financer pour des puits. © Photo AFP
Le motard orléanais, Cyril Neveu, cinq fois vainqueur du rallye africain, a vécu le drame du 14 janvier 1986 de l’intérieur de la course. Il se souvient.

Il n'a rien oublié de ce 14 janvier 1986. Ce jour-là, dans la nuit malienne, l'Orléanais Cyril Neveu, leader du Dakar, rejoint le bivouac près de Gourma. « J'étais fatigué par une journée de dingue. Dans la soirée, nous avons appris qu'un hélicoptère était tombé à une cinquantaine de kilomètres du camp. À l'époque, les moyens de communication n'étaient pas terribles, nous n'avions que des bribes d'informations. La confirmation n'est venue que dans la nuit. »

Dans le crash de l'hélicoptère, cinq vies brisées : Thierry Sabine l'organisateur du rallye Paris - Dakar, le chanteur Daniel Balavoine et trois autres victimes. « Ça a été la stupeur, se souvient Cyril Neveu, 59 ans. J'appréciais Thierry Sabine ; Daniel Balavoine était un ami. Ma première réaction a été de ne plus vouloir reprendre la course. » Quitter l'Afrique et son rallye ; ne plus avaler les kilomètres de dunes sur sa Honda. « Le lendemain, l'étape a été neutralisée. La femme de Thierry Sabine et son père sont venus me voir pour me demander de continuer. Honda, de son côté, m'a fait comprendre qu'il était préférable que je finisse l'épreuve. »

Il a finalement poursuivi sa route. « Il est possible qu'en ne repartant pas, j'aurais déclenché un séisme d'abandons. » La voix de Cyril Neveu comptait ; il était l'un des patrons du bivouac. « La suite du rallye n'a pas été simple, la concentration est devenue difficile. » Sa victoire, la quatrième, « a eu un goût amer. Elle n'a pas été valorisée. Elle est passée à la trappe, mais ce n'était pas le plus important. »

Cette année-là, Cyril Neveu a surtout pleuré la disparition de deux amis, de deux amoureux de l'Afrique. « Daniel Balavoine était un garçon avec un grand coeur, il appréciait l'esprit humanitaire du rallye. Tout comme moi, il avait un fort caractère. C'est sans doute la raison pour laquelle nous nous entendions bien. Il admirait les motards sur l'épreuve. »

Parce que cette amitié entre les deux hommes s'est nourrie de la terre africaine, Cyril Neveu s'est investi, après le décès du chanteur, dans la Fondation Balavoine. « Pendant une dizaine d'années, j'ai récolté des fonds pour la construction de puits en Afrique. »

« Cet accident vient d'une inconscience totale »

Trente années ont passé, le souvenir demeure. « Surtout quand le Dakar s'élance en janvier ». Et lorsque les images de l'édition 1986 lui reviennent, un même constat. « Cet accident vient d'une inconscience totale. Le pilote de l'hélicoptère ne voulait pas repartir ( il faisait nuit, un vent de sable se levait). Thierry Sabine a insisté lourdement, rappelle le motard orléanais, aujourd'hui, responsable du parc d'aventures à l'île Charlemagne. Il ne voulait pas laisser ses ouailles seules au bivouac. »

Ce 14 janvier 1986, il les a définitivement quittés.

Nicolas Da Cunha

Posté par Humanisme à 12:19 - - Commentaires [1] - Permalien [#]

12 septembre 2017

Daniel chante My Way

https://www.youtube.com/watch?v=Eboo5O1B4Mc

Posté par Humanisme à 21:39 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

22 juin 2017

L'Inoubliable n° 68

couinou68Revue de presse - Daniel Balavoine dans le texte (Un Autre monde) 36 pages, 3,50 euros.

Posté par Humanisme à 10:55 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

21 mars 2017

L'Inoubliable n° 67

couv67 L'Inoubliable n° 67 : Revue de presse - Daniel Balavoine dans le texte (Face amour/face amère).

Posté par Humanisme à 09:21 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


07 décembre 2016

L'Inoubliable n° 66

couinou66Revue de presse - Daniel Balavoine dans le texte (Le Chanteur) 3,50 euros.

Posté par Humanisme à 18:28 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 novembre 2016

Balavoine, Berger et Goldman côte à côte

Balavoine, Berger et Goldman côte à côte (Le Figaro) 04/11/2016

FRANCE 3/20H55 - Mireille Dumas retrace le parcours de ces trois grands noms de la chanson française dans un documentaire inédit.

Tout commence par un cliché. «J’ai eu l’idée de ce documentaire en tombant sur une photo amateur, prise le 13 juillet 1985 au stade de Wembley, en Angleterre, raconte Mireille Dumas à propos de son film inédit proposé ce soir par France 3. Ce jour-là, Jean-Jacques Goldman, Daniel Balavoine et Michel Berger assistent, bouleversés, au gigantesque concert caritatif donné en faveur de l’Éthiopie.»

Si Daniel Balavoine et Michel Berger sont déjà très proches -l’aventure Starmania est passée par là-, c’est l’occasion pour eux de sceller une belle amitié avec le dernier nommé, Jean-Jacques Goldman. «Tous trois étaient liés par une admiration réciproque pour le travail de l’autre, mais également par leurs engagements en faveur de causes humanitaires.» Grâce à des archives rares ou inédites, on découvre à quel point les vies de ces trois icônes de la chanson française s’entremêlent. Et pas qu’au sommet du hit-parade. «Même s’ils ont chacun eu une histoire de famille et une enfance différentes, effectivement on les retrouve souvent côte à côte dans leurs engagements, que cela soit pour aider l’Afrique, notamment via Daniel Balavoine, ou pour lutter contre la misère, avec le lancement des Restos du Cœur de Coluche.» Cette histoire trempe aussi sa plume dans le drame puisque deux des membres de ce trio vont disparaître trop tôt. «À quelques années d’intervalle, chacun va reprendre ce que l’autre avait commencé. Ce lien qui se perpétue est très beau.»

Au fil de son récit, Mireille Dumas distille une bande originale où les tubes s’enchaînent. «N’oublions pas qu’ils sont auteurs et compositeurs tous les trois. Et qu’à travers leurs chansons, aussi dansantes soient-elles, on retrouve leurs convictions.» Et leurs messages d’hier résonnent encore avec force en 2016. «C’est fascinant de constater ce parallèle entre la société des années 70-80, avec ses crises et ses violences, et aujourd’hui. Balavoine parlait d’une jeunesse en perdition qui cherche ses repères.»

Posté par Humanisme à 13:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

11 juillet 2016

L'inoubliable n° 64

couinou64

L'inoubliable n° 64 : Revue de presse, Daniel Balavoine dans le texte (De vous à elle en passant par moi).

Posté par Humanisme à 11:48 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

15 février 2016

Numéro 63

couinou63N° 63 : Editorial spécial 30è anniversaire - revue de presse - 30 ans sans Daniel Balavoine (3,50 euros).

Posté par Humanisme à 10:33 - - Commentaires [2] - Permalien [#]

09 décembre 2015

France 3 rendra hommage à Daniel Balavoine

France 3 rendra hommage à Daniel Balavoine le 30 décembre

Publié le Mardi 8 Décembre 2015 - modifié le Mardi 8 Décembre 2015 - 20:15



® Alain Marouani
® Alain Marouani
Le 14 janvier prochain marquera les 30 ans de la disparition de Daniel Balavoine. France 3 propose un film de Didier Varrod mis en scène par Nicolas Maupied, le portrait d’un homme à la fois visionnaire et incroyablement ancré dans son époque.
Daniel Balavoine était un chanteur. Musicien de génie, artiste engagé, héros de son temps, il est devenu l’icône d’une génération qui veut toujours, comme lui, remplacer le besoin par l’envie.
Trente après sa mort, sa musique et ses mots continuent de résonner sur les ondes avec la même actualité. Ancré dans le studio où Daniel Balavoine passa la dernière année de sa carrière, ce film unique  donne pour la première fois la parole à sa fille. 

Joana Balavoine accepte ainsi de parler sans détour de ce père qu'elle n'a jamais connu, et de cet artiste dont elle doit accepter l'héritage.
Les artistes qui témoignent dans ce film forment une véritable caisse de résonance à la carrière météorique et hors norme de l'artiste. Ensemble, ils soulignent l’extrême modernité et contemporanéité du chanteur. 

Une génération de trentenaires issus des musiques d’aujourd’hui : le rap, l’électro pop, et la chanson 2.0, qui, en parlant de Balavoine, parlent de notre époque : 

Christine & the Queens, l’artiste de l’année 2015 qui inscrit Daniel Balavoine tout en haut de son panthéon artistique personnel ;

Les rappeurs Soprano, Youssoupha et Orelsan, qui se réclament tous de l’influence de Balavoine concernant la teneur de ses textes et son engagement politique exprimé en chanson ;

Para One, issu de la nouvelle scène électro française et compositeur des B.O de la réalisatrice Céline Sciamma ;

Cali, qui ne se réclame pas de son univers mais qui a deux points en commun avec le chanteur : « le droit des pères », prolongement de « mon fils ma bataille », et l’engagement militant ;

La grande Sophie enfin, qui a déjà repris ses chansons et qui pourra nous parler de son travail de mélodiste.

Mais il y a aussi celles et ceux qui ont eu la chance de le connaître et de partager du temps avec lui :

Claire Balavoine, sa grande sœur, présidente de la Fondation Daniel Balavoine et qui prolonge sur le terrain de l’engagement sa mémoire ;

Yves Bigot, grand critique rock, qui réalisa beaucoup d’interviews de Balavoine ; 

Monique Le Marcis, programmatrice phare de RTL, qui fut l'une des premières à croire au talent de Balavoine et risqua son emploi pour diffuser sa musique sur les ondes ;

Jean-Michel Boris, directeur général de l’Olympia de 1979 à 2001, qui permit à Balavoine de faire deux des plus grandes scènes de sa carrière ;

Catherine Ferry, amoureuse de jeunesse de Balavoine, qui fut aussi l'un de ses choristes sur la chanson "1, 2, 3" au concours de l'Eurovision en 1976 ;

Alain Marouani, associé d’Eddie Barclay pendant plus de 30 ans et photographe, qui assista à la naissance de l’artiste et réalisa certaines des plus belles photos de Balavoine ;

Lio, qui intègre toute jeune la bande de musiciens formée par Balavoine, Alain Chamfort, France Gall et Michel Berger, auxquels elle voue une grande admiration.

​En quatre chapitres thématiques déclinés autour de la figure du chanteur avec des archives et des chansons, et à travers ces témoignages et les souvenirs d’invités, proches et collaborateurs, le film abordera toute la complexité de l’homme : sa carrière artistique atypique et fulgurante ; sa personnalité visionnaire hors du commun ; son engagement viscéral et sa psychologie désarmante.

Posté par Humanisme à 13:46 - - Commentaires [1] - Permalien [#]